top of page

Repérer les dangers au travail : La clé de la prévention 



On me dit pionner de mon domaine, après 45 ans de carrière et l’honneur de recevoir le prix Antoine-Aumont je commence à croire que j’ai apporté une nouvelle vision à la prévention des risques au Québec. Cette conviction s'enracine dans une réflexion rétrospective sur ma carrière, forgée en parcourant plus de 50 pays, où j'ai partagé mon expertise avec des centaines d’organisations et des milliers de dirigeants, superviseurs, ressources SST et travailleurs. Face à de nombreux défis et enjeux, j'ai développé une approche globale qui me permet d’accompagner les organisations à intégrer la prévention dans leurs opérations et à développer le leadership de tous les acteurs d’une entreprise. 


Au cœur de cette démarche, je considère qu’il existe plusieurs facteurs primordiaux pour une meilleure gestion des risques, mais si je dois mettre en avant mon meilleur et plus précieux conseil pour rendre le monde du travail plus sécuritaire, ce serait la responsabilité de chacun à repérer les dangers. 


La reconnaissance des dangers liés au travail, selon moi, est la pierre angulaire de la prévention. Cet aspect peut sembler évident de prime abord, mais il est trop souvent négligé au quotidien, entraînant parfois des conséquences tragiques. Les équipements utilisés et les travaux en hauteur, entre autres, représentent des sources de dangers potentielles pouvant causer des accidents graves, voire mortels. 


Portant, comment traduire cette idée en actions concrètes au-delà des programmes de protection établis par les organisations ? À mes yeux, il s'agit de deux aspects distincts. Les programmes de reconnaissance des dangers sont certes utiles, mais ils doivent être constamment réévalués et entretenus. La simple reconnaissance des dangers par un travailleur ne suffit pas à écarter le risque d'accidents, car la routine, le manque de vigilance ou encore des lacunes dans le travail d'équipe peuvent entraîner des événements tragiques. 


Il est alarmant de constater que, malgré les progrès réalisés, environ 2,8 millions de personnes décèdent d’accidents ou de maladies reliés au travail surviennent encore dans le monde. Fort de mon expérience et de mes nombreuses interventions à travers le monde, j'affirme que bon nombre de ces accidents auraient pu être évités grâce à une meilleure identification et reconnaissance des dangers, ainsi qu'à une application plus rigoureuse des mesures préventives par le personnel impliqué dans l'exécution de leurs tâches. 


En conclusion, je suis convaincu que la reconnaissance des dangers au travail est non seulement cruciale pour la prévention des risques, mais qu'elle est également la clé pour garantir la sécurité et le bien-être des travailleurs, tout en favorisant la productivité et la prospérité des organisations. 

Kommentare


bottom of page